Interview de Sr Marie Bosco, au lendemain de sa profession temporaire

Sr Marie Bosco, vous venez juste de faire profession : pouvez-vous nous expliquer ce que cela veut dire ?
Faire profession, c’est devenir épouse du Seigneur en s’attachant à Lui par trois vœux publics (pauvreté, chasteté, obéissance). Dans notre Institut de l’Union-Chrétienne de Saint Chaumond, nous ajoutons un vœu d’union, spécifique à notre Congrégation. Je fais profession pour me donner tout entière à son service sans rien garder pour moi.
Par la profession religieuse, dans mon cœur et envers l’Eglise je m’engage à ne plus m’appartenir mais à appartenir au Christ seul et à servir partout où il me demandera d’aller.
Ne plus vous appartenir, hum… comment cela peut-il vous rendre heureuse ?
Ne plus m’appartenir en me donnant à Dieu tout entière, cela me permet de me décentrer de moi et ne plus être préoccupée que de ma seule personne mais d’être disponible à tous ceux que je rencontre. Il y a là une vraie joie car au lieu de rester seulement avec moi-même, je découvre les merveilles de ceux qui sont autour de moi. J’entre dans une vie bien plus grande, et bien plus élevée que si je ne vivais que pour moi-même et que pour ne répondre qu’à mes plaisirs. Ne plus s’appartenir c’est aimer.
Pouvez-vous nous expliquer ce que sont des vœux publics ?
Les vœux publics sont des promesses à Dieu, faites en présence de témoins, ratifiées par nos supérieures et donc par l’Eglise. Par ces vœux temporaires, je me suis engagée pour une période de trois ans, à vivre selon les Constitutions de l’Institut, à la différence des vœux privés qui n’engagent pas vis-à-vis de l’Eglise. Viendra ensuite le temps des vœux perpétuels par lesquels je m’engagerai pour l’éternité au service exclusif du Seigneur.
Comment vous êtes-vous préparée à prononcer ces vœux ?
J’ai reçu une formation au noviciat qui nous prépare à la vie, au charisme et à l’apostolat de l’Union-Chrétienne de Saint Chaumond. La formation construit et solidifie notre réflexion par l’étude mais c’est plus encore par la prière et la mise en pratique quotidienne des vertus que nous apprenons à être religieuse. J’ai médité longuement sur les quatre vœux, discerné si c’était ce à quoi j’étais appelée. J’ai également vécu une retraite en silence ignatienne afin de confirmer si c’était bien la volonté de Dieu. Je me suis préparée aussi en étant en totale transparence avec la Maîtresse des Novices et ma Supérieure pour qu’elles puissent me guider selon leur expérience et le recul qu’elles ont de la vie religieuse et que je n’ai pas. J’ai aussi beaucoup prié, demandé l’aide des Saints du ciel, et de la Vierge Marie pour qu’ils préparent mon cœur à entrer dans cette vocation qui est un don immérité.
Et après vos vœux ? Qu’allez-vous devenir ?
Après les vœux je continue ma formation religieuse et je reprends l’apostolat de la communauté ; je réponds à la mission que me donne ma Supérieure. En mon cas, préparer un concours de professeurs des écoles et enseigner au primaire tout en transmettant le Christ au quotidien.

Portfolio

Cliquez sur les images pour afficher un diaporama